Notre choix – Nos engagements

1. Un peu d’histoire

L’abeille dite « Buckfast » tire son nom de l’abbaye de Buckfast située dans le sud-ouest de l’Angleterre dans le comté du Devon.

Le rucher de Buckfast est tenu depuis plusieurs siècles par des moines bénédictins qui fabriquent de l’hydromel de miel.

C’est en 1905 que l’acariose, maladie des abeilles (sorte de petit parasite), arrive en Angleterre sur l’île Wight. Elle commence à faire des ravages au sein des différents ruchers jusqu’à exterminer presque l’ensemble des abeilles noires d’Angleterre. En 1919 il ne reste que très peu d’abeille et c’est à ce moment qu’un moine allemand du nom de frère Adam arrive à l’abbaye de Buckfast et commence à s’intéresser à cette hécatombe.

Cette année-là 30 colonies sur 46 meurent à l’abbaye.

Frère Adam constate que seules les abeilles croisées avec des reines importées d’Italie (dans l’optique d’augmenter la production de miel) ont survécu.

Fort de ce constat le frère Adam commence un travail de croisements de l’ensemble des colonies de l’abbaye avec des reines étrangères. Son idée est de métisser les colonies du rucher pour obtenir les abeilles les plus adaptées à leur environnement.

C’est le commencement d’une quête qui va durer  plus de 60 ans pendant laquelle le frère Adam va parcourir toute l’Europe à la recherche de nouvelles races d’abeilles à métisser avec ses colonies. Le frère Adam, très ouvert sur le monde, construira une vraie philosophie de développement de  son rucher où le brassage génétique et l’échange de connaissances apicoles seront la base. L’idée forte étant de trouver, par le métissage, l’abeille qui aura les caractéristiques les plus adaptées, il développe un véritable réseau d’apiculteurs professionnels et amateurs dans lequel il met en avant sa philosophie de recherche et d’échange sur leurs colonies respectives.

L’œuvre du frère Adam sera monumentale avec des lignées d’abeilles de près de 60 ans et le développement d’une communauté apicole internationale œuvrant pour les mêmes concepts d’optimisation de leur abeilles par rapport au milieu dans lequel elles évoluent.

“Notre but final est de produire une abeille qui nous donnera récolte moyenne constante maximale avec un minimum d’effort et de temps de notre part.” Ainsi Frère Adam définissait-il en 1952 sa quête.

 2. L’abeille Buckfast aujourd’hui

La communauté construite autour de la Buckfast que l’on appelle aussi l’abeille de frère Adam reste très active et de nombreux éleveurs apicoles continuent de s’échanger de nouvelles souches et d’améliorer ainsi la génétique de leur abeilles.

En 2016, on recensait plus de 800 éleveurs répartis dans 34 pays dans la base des éleveurs Buckfast.

L’élevage des abeilles Buckfast continue de s’écrire sur la philosophie de Frère Adam : “Donne sans attendre de retours”. Cette communauté reste liée par le partage de ses souches et de son savoir technique.

Il faut bien comprendre qu’il n’existe pas de race Buckfast. Les abeilles appelées ainsi sont des abeilles métissées et sélectionnées sur plusieurs générations pour être les mieux adaptées à leur environnement d’implantation. Ainsi une abeille Buckfast du sud de l’Europe est très différente d’une abeille Buckfast de Norvège.

La communauté « Buckfast » évolue autour de souches répertoriées avec un pedigree, ce qui permet de dégager des caractéristiques précises pour chaque souche. Ainsi les revendeurs de Buckfast indiquent normalement la filiation de leur reine pour donner une indication sur la qualité de leurs essaims.

Bien que chaque Buckfast soit différentes, les éleveurs ont développé un ensemble de caractéristiques communes essentielles à l’exploitation apicole.

Chaque souche possède des qualités et des défauts. Le Frère Adam s’est essentiellement concentré sur le croisement de 2 souches : les abeilles italiennes et les abeilles noires anglaises. Ce sont ces hybrides qui ont progressivement pris le nom de « Buckfast », ou « Frère Adam ». L’abeille qui en est issue répond à des critères apicoles précis.

2.1. Les principales qualités des Buckfast :

* Un caractère doux : Souvent conseillée pour les apiculteurs débutants, la Buckfast est reconnue pour sa douceur comportementale, à tout moment et en tout lieu, ce qui facilite grandement le travail de visite et diminue fortement les nuisances avec le voisinage.

* Une bonne productivité : La Buckfast est très travailleuse et produit de très belles récoltes de miel.

* Un faible risque d’essaimage : Peu encline à l’essaimage, l’apiculteur passe moins de temps à courir pour récupérer ses essaims lovés derrière les volets du voisin.

* Un butinage de qualité : les abeilles Frère Adam sont d’excellentes butineuses. Cette tâche facilitée par la longueur de leur langue qui leur permet de butiner diverses fleurs, même celles à corolles profondes.

* Un métabolisme résistant : La Buckfast est une abeille très résistante au climat froid et à certaines maladies (en comparaison de l’abeille noire)

* Une bonne conservation du miel : l’abeille Buckfast conserve bien son miel en prenant soin de l’éloigner du couvain, pour ainsi ne pas entraver la ponte.

* Des abeilles hygiéniques : L’ouvrière Buckfast est une excellente nettoyeuse. Sa ruche est habituellement propre.

* Une excellente prolificité : Une reine Buckfast est très prolifique en termes de ponte, si bien que ses colonies sont souvent très populeuses. 

2.2. Les principaux défauts des Buckfast :

* Une capacité d’adaptation réduite : Elle s’adapte rarement aux récoltes de printemps

* Des provisions faibles: Ce défaut provient sans doute de l’une de ses «ancêtres», l’abeille italienne. Pour bien hiverner, l’abeille Frère Adam a souvent besoin d’une grande quantité de provisions. En effet, elle a tendance à trop consommer de nourriture, ce qui implique une surveillance régulière des réserves, et ce durant toute la période hivernale. Une surveillance d’autant plus accrue pendant les hivers longs et froids.

* Une propension à un excès de propolisation : elle utilise trop de propolis dans l’entretien de son nid, ce qui peut rendre le travail de l’apiculteur plus difficile.

3. Qu’en est-il de nos Buckfast en Ile de France ? Les engagements de notre entreprise apicole.

3.1. Dans la continuité de Frère Adam :

Très séduite par la philosophie du frère Adam, notre entreprise apicole a développé un cheptel essentiellement composé de reines Buckfast toutes issues d’éleveurs implantés en île de France.

Nos reines sont ainsi en grande partie issues des filles de reines à pedigree provenant de l’élevage de Julien Perrin (éleveur de reine basé aux Molière en Essonne).

Le long travail de sélection des meilleurs éleveurs franciliens nous permet aujourd’hui de disposer de colonies d’abeilles très bien adaptées à notre région.

3.2 Pourquoi choisir nos Bucks ? :

Toujours très douces, peu essaimeuses et très productrices, les Buckfast que nous vous proposons proviennent de reines sélectionnées dans le cadre d’un programme de recherche sur la sélection d’abeilles résistante au varroa. Ce programme national dont nous sommes partie intégrante regroupe au sein du CETA (Centre d’Etude Technique Apicole basé aux Molières en Essonne,.. www.CETA.meliffera.fr) un pôle d’apiculteurs performants qui œuvrent tous dans un but commun et partagent l’intégralité de leurs connaissances et compétences en la matière.

Toutes les années de recherche ainsi mises à profit ont permis l’identification de reines 100% résistantes au varroa ; ce qui constitue une avancées majeure compte-tenu du fléau engendré par ce parasite venu d’Asie. Les filles de ces reines consacrées au programme de recherches ont donc la particularité d’être très hygiéniques et fortement résistantes au varroa.

Au sein de notre exploitation, nous nous engageons à pérenniser ce travail de sélection.

Par ailleurs, nous avons à cœur de ne proposer à l’achat que des abeilles Buckfast car cette abeille est véritablement l’abeille idéale pour débuter en apiculture

Elle est très douce et très résistante aux intempéries propres à l’île de France. De plus elle développe une population très importante dès le printemps ce qui permet à l’apiculteur d’obtenir dès la première année d’installation une très belle récolte.

Tout au long de la haute saison, sa population ne cesse de se multiplier et peut atteindre les 80000 individus !

Avec sa jolie couleur jaune si caractéristique (elle la doit à l’une de ses ancêtres ;l’abeille italienne), et son excellent carctère (il existe très peu d’abeilles aussi douces), elle est plébiscitée par les éleveurs professionnels. 

Elles constituent vraiment un allié pour les apiculteurs débutants qui se montrent souvent un peu hésitants pour débuter leur première saison. Elle est toujours énormément appréciée et ces derniers ne regrettent jamais leur choix !  

Les abeilles Buckfast :

Notre choix – Nos engagements

1. Un peu d’histoire

L’abeille dite « Buckfast » tire son nom de l’abbaye de Buckfast située dans le sud-ouest de l’Angleterre dans le comté du Devon.

Le rucher de Buckfast est tenu depuis plusieurs siècles par des moines bénédictins qui fabriquent de l’hydromel de miel.

C’est en 1905 que l’acariose, maladie des abeilles (sorte de petit parasite), arrive en Angleterre sur l’île Wight. Elle commence à faire des ravages au sein des différents ruchers jusqu’à exterminer presque l’ensemble des abeilles noires d’Angleterre. En 1919 il ne reste que très peu d’abeille et c’est à ce moment qu’un moine allemand du nom de frère Adam arrive à l’abbaye de Buckfast et commence à s’intéresser à cette hécatombe.

Cette année-là 30 colonies sur 46 meurent à l’abbaye.

Frère Adam constate que seules les abeilles croisées avec des reines importées d’Italie (dans l’optique d’augmenter la production de miel) ont survécu.

Fort de ce constat le frère Adam commence un travail de croisements de l’ensemble des colonies de l’abbaye avec des reines étrangères. Son idée est de métisser les colonies du rucher pour obtenir les abeilles les plus adaptées à leur environnement.

C’est le commencement d’une quête qui va durer  plus de 60 ans pendant laquelle le frère Adam va parcourir toute l’Europe à la recherche de nouvelles races d’abeilles à métisser avec ses colonies. Le frère Adam, très ouvert sur le monde, construira une vraie philosophie de développement de  son rucher où le brassage génétique et l’échange de connaissances apicoles seront la base. L’idée forte étant de trouver, par le métissage, l’abeille qui aura les caractéristiques les plus adaptées, il développe un véritable réseau d’apiculteurs professionnels et amateurs dans lequel il met en avant sa philosophie de recherche et d’échange sur leurs colonies respectives.

L’œuvre du frère Adam sera monumentale avec des lignées d’abeilles de près de 60 ans et le développement d’une communauté apicole internationale œuvrant pour les mêmes concepts d’optimisation de leur abeilles par rapport au milieu dans lequel elles évoluent.

“Notre but final est de produire une abeille qui nous donnera récolte moyenne constante maximale avec un minimum d’effort et de temps de notre part.” Ainsi Frère Adam définissait-il en 1952 sa quête.

 2. L’abeille Buckfast aujourd’hui

La communauté construite autour de la Buckfast que l’on appelle aussi l’abeille de frère Adam reste très active et de nombreux éleveurs apicoles continuent de s’échanger de nouvelles souches et d’améliorer ainsi la génétique de leur abeilles.

En 2016, on recensait plus de 800 éleveurs répartis dans 34 pays dans la base des éleveurs Buckfast.

L’élevage des abeilles Buckfast continue de s’écrire sur la philosophie de Frère Adam : “Donne sans attendre de retours”. Cette communauté reste liée par le partage de ses souches et de son savoir technique.

Il faut bien comprendre qu’il n’existe pas de race Buckfast. Les abeilles appelées ainsi sont des abeilles métissées et sélectionnées sur plusieurs générations pour être les mieux adaptées à leur environnement d’implantation. Ainsi une abeille Buckfast du sud de l’Europe est très différente d’une abeille Buckfast de Norvège.

La communauté « Buckfast » évolue autour de souches répertoriées avec un pedigree, ce qui permet de dégager des caractéristiques précises pour chaque souche. Ainsi les revendeurs de Buckfast indiquent normalement la filiation de leur reine pour donner une indication sur la qualité de leurs essaims.

Bien que chaque Buckfast soit différentes, les éleveurs ont développé un ensemble de caractéristiques communes essentielles à l’exploitation apicole.

Chaque souche possède des qualités et des défauts. Le Frère Adam s’est essentiellement concentré sur le croisement de 2 souches : les abeilles italiennes et les abeilles noires anglaises. Ce sont ces hybrides qui ont progressivement pris le nom de « Buckfast », ou « Frère Adam ». L’abeille qui en est issue répond à des critères apicoles précis.

2.1. Les principales qualités des Buckfast :

* Un caractère doux : Souvent conseillée pour les apiculteurs débutants, la Buckfast est reconnue pour sa douceur comportementale, à tout moment et en tout lieu, ce qui facilite grandement le travail de visite et diminue fortement les nuisances avec le voisinage.

* Une bonne productivité : La Buckfast est très travailleuse et produit de très belles récoltes de miel.

* Un faible risque d’essaimage : Peu encline à l’essaimage, l’apiculteur passe moins de temps à courir pour récupérer ses essaims lovés derrière les volets du voisin.

* Un butinage de qualité : les abeilles Frère Adam sont d’excellentes butineuses. Cette tâche facilitée par la longueur de leur langue qui leur permet de butiner diverses fleurs, même celles à corolles profondes.

* Un métabolisme résistant : La Buckfast est une abeille très résistante au climat froid et à certaines maladies (en comparaison de l’abeille noire)

* Une bonne conservation du miel : l’abeille Buckfast conserve bien son miel en prenant soin de l’éloigner du couvain, pour ainsi ne pas entraver la ponte.

* Des abeilles hygiéniques : L’ouvrière Buckfast est une excellente nettoyeuse. Sa ruche est habituellement propre.

* Une excellente prolificité : Une reine Buckfast est très prolifique en termes de ponte, si bien que ses colonies sont souvent très populeuses. 

2.2. Les principaux défauts des Buckfast :

* Une capacité d’adaptation réduite : Elle s’adapte rarement aux récoltes de printemps

* Des provisions faibles: Ce défaut provient sans doute de l’une de ses «ancêtres», l’abeille italienne. Pour bien hiverner, l’abeille Frère Adam a souvent besoin d’une grande quantité de provisions. En effet, elle a tendance à trop consommer de nourriture, ce qui implique une surveillance régulière des réserves, et ce durant toute la période hivernale. Une surveillance d’autant plus accrue pendant les hivers longs et froids.

* Une propension à un excès de propolisation : elle utilise trop de propolis dans l’entretien de son nid, ce qui peut rendre le travail de l’apiculteur plus difficile.

3. Qu’en est-il de nos Buckfast en Ile de France ? Les engagements de notre entreprise apicole.

3.1. Dans la continuité de Frère Adam :

Très séduite par la philosophie du frère Adam, notre entreprise apicole a développé un cheptel essentiellement composé de reines Buckfast toutes issues d’éleveurs implantés en île de France.

Nos reines sont ainsi en grande partie issues des filles de reines à pedigree provenant de l’élevage de Julien Perrin (éleveur de reine basé aux Molière en Essonne).

Le long travail de sélection des meilleurs éleveurs franciliens nous permet aujourd’hui de disposer de colonies d’abeilles très bien adaptées à notre région.

3.2 Pourquoi choisir nos Bucks ? :

Toujours très douces, peu essaimeuses et très productrices, les Buckfast que nous vous proposons proviennent de reines sélectionnées dans le cadre d’un programme de recherche sur la sélection d’abeilles résistante au varroa. Ce programme national dont nous sommes partie intégrante regroupe au sein du CETA (Centre d’Etude Technique Apicole basé aux Molières en Essonne,.. www.CETA.meliffera.fr) un pôle d’apiculteurs performants qui œuvrent tous dans un but commun et partagent l’intégralité de leurs connaissances et compétences en la matière.

Toutes les années de recherche ainsi mises à profit ont permis l’identification de reines 100% résistantes au varroa ; ce qui constitue une avancées majeure compte-tenu du fléau engendré par ce parasite venu d’Asie. Les filles de ces reines consacrées au programme de recherches ont donc la particularité d’être très hygiéniques et fortement résistantes au varroa.

Au sein de notre exploitation, nous nous engageons à pérenniser ce travail de sélection.

Par ailleurs, nous avons à cœur de ne proposer à l’achat que des abeilles Buckfast car cette abeille est véritablement l’abeille idéale pour débuter en apiculture

Elle est très douce et très résistante aux intempéries propres à l’île de France. De plus elle développe une population très importante dès le printemps ce qui permet à l’apiculteur d’obtenir dès la première année d’installation une très belle récolte.

Tout au long de la haute saison, sa population ne cesse de se multiplier et peut atteindre les 80000 individus !

Avec sa jolie couleur jaune si caractéristique (elle la doit à l’une de ses ancêtres ;l’abeille italienne), et son excellent carctère (il existe très peu d’abeilles aussi douces), elle est plébiscitée par les éleveurs professionnels. 

Elles constituent vraiment un allié pour les apiculteurs débutants qui se montrent souvent un peu hésitants pour débuter leur première saison. Elle est toujours énormément appréciée et ces derniers ne regrettent jamais leur choix !  

Une réponse

Les commentaires sont fermés.